Villes et villages

 L'Hôtel Golf Château de Chailly est à quelques heures de nombreux villages et villes médiévales de Bourgogne.

Beaune

Situé au cœur des vignobles bourguignons, son nom est synonyme de bon vin. C’est pourquoi la visite de cette ville ancienne, à l’héritage architectural splendide complété de musées de qualité, s’impose. Un centre gaulois avant de devenir un avant-poste romain, Beaune était la résidence des ducs de Bourgogne jusqu’au 14ème siècle avant qu’ils ne s’installent définitivement à Dijon. La Charte originale des libertés communales garanties par le duc Eudes en 1203 se trouve aux Archives de la ville. Les fortifications et tours qui existent aujourd’hui furent construites à partir du 15ème siècle. Après la mort du dernier duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, en 1477, la ville refusa obstinément son annexion par Louis XI et ne se rendit qu’après un siège de cinq semaines. Source: Guide Vert Michelin de la Bourgogne et du Jura.Marché les mercredis et samedis matin.

En savoir

Dijon

La forteresse romaine connue sous le nom de Castrum Divionense, située sur la route militaire entre Lyon et Mayence, fut longtemps une position secondaire. Mise à sac, pillée, brûlée en maintes occasions, reconstruite ensuite, Dijon entre dans l’histoire en 1015 quand elle fut prise par le Roi de France Robert le Pieux. En 1137, un terrible incendie rasa la ville. Les choses changèrent quand le duché devint partie intégrante du royaume de France. La population locale s’éleva contre l’annexion par le roi Louis XI et souffrit de la présence des troupes royales mais certaines concessions furent acquises : l’Etat de Bourgogne (assemblée régionale composée de représentants du clergé, de la noblesse et du tiers-état) fut maintenu dans l’ancien palais ducal ainsi que divers autres privilèges et surtout le parlement de Bourgogne fut transféré de Beaune à Dijon. Le roi visita Saint-Bénigne en 1479 et jura solennellement de préserver « les libertés, libéralités, protections, droits et privilèges » dont jouissait le duché par le passé. Néanmoins, il fit construire une forteresse, réparé les fortifications et nomma un gouverneur. A partir de 1851, la construction du chemin de fer entre Paris, Dijon et jusqu’à la Méditerranée amena un regain d’activité et de nouvelles populations : celle-ci doubla entre 1850 et 1892 alors que l’ère industrielle se développait. Le vieux quartier autour du palais des ducs de Bourgogne est plein de charme. Au fil de vos déambulations dans les rues, pour la plupart piétonnes, vous passerez de belles demeures bourgeoises anciennes en pierre ainsi que de nombreuses maisons à colombage des 15ème et 16ème siècles. Ce qui reste du palais ducal est maintenant entouré de bâtiments de style classique. Source: Guide vert Michelin de la Bourgogne et du Jura.Marché aux « Halles » les mardis, jeudis, vendredis et samedis matin.En savoir

En savoir

Vézelay

La situation géographique de Vézelay, sur une colline dominant la vallée de la Cure, la basilique Sainte-Madeleine au sommet de la ville, ainsi que ses maisons anciennes et ses remparts, constituent l’un des trésors de la Bourgogne et de la France. Girart de Roussillon, comte de Bourgogne et héros légendaire dont les exploits étaient chantés dans les ballades-chroniques du Moyen-Age, fonda l’abbaye de Vézelay. Au milieu du 9ème siècle, il établit un groupe de moines sur le site de Saint-Père. Après la destruction du monastère durant les invasions viking, un nouveau monastère fut construit sur la colline proche qui offrait une position naturelle plus facile à défendre. Le pape Jean VIII consacra la fondation de l’abbaye de Vézelay en 878. Celle-ci connut le sommet de sa gloire quand Saint Bernard y prêcha la seconde croisade le 31 mars 1146. Pendant un siècle l’église abrita les reliques de Marie-Madeleine, la pécheresse aimée et pardonnée. Vézelay devint alors l’un des principaux lieux de pèlerinage et le point de départ de l’une des quatre routes qui conduisaient pèlerins et marchants à travers la France jusqu’en Espagne et Saint-Jacques de Compostelle. C’est de cette colline inspirante que Saint Bernard lança son appel vibrant à la croisade, en présence du roi Louis VII de France et de sa famille ainsi que d’une foule de barons puissants. L’autorité de l’abbé de Clairvaux était telle qu’on le considérait comme le guide véritable de la chrétienté. Son appel fut entendu et reçut avec beaucoup d’enthousiasme par toute l’assistance qui entreprit de partir pour la Terre Sainte sans tarder. Source: Guide vert Michelin de la Bourgogne et du Jura.

En savoir

Flavigny-sur-Ozerain

Flavigny-sur-Ozerain a récemment accédé à la célébrité pour avoir servi de décor au film « Chocolat »avec Johnny Depp. Le village est perché sur un rocher isolé par trois cours d’eau. Ce fut le siège d’une abbaye à partir du 8ème siècle et une cité fortifiée au Moyen-Age. Flavigny n’a plus l’importance qu’elle avait dans le passé. Ses rues étroites, flanquées de demeures bourgeoises anciennes, ses portes fortifiées et les ruines de ses remparts rappellent sa grandeur passée. Les sucreries à l’anis de l’abbaye de Flavigny – une confiserie de tradition locale faite d’une petite graine d’anis enrobée de sucre glace – sont réalisées dans la vieille abbaye depuis le 9ème siècle. Source: Guide vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Marché le dimanche matin.

En savoir

Noyers

En remontant la rivière depuis Chablis, on trouve Noyers, une charmante ville médiévale qui a conservé son riche héritage architectural : des maisons à colombage ou à pignons de pierre avec de pittoresques escaliers extérieurs, des portes de cave s’ouvrant de charmantes rues et de petites places…qui forment un décor particulièrement joli, souligné la nuit par un éclairage discret. De juin à septembre, lesRencontres musicales de Noyers ravissent les mélomanes. Déambulez dans les rues et admirez les maisons à colombage des 14ème et 15ème siècles place de l’Hôtel-de-ville, la maison en pierre à arcade et la demeure Renaissance place du Marché-au-blé, la façade Renaissance et la tour carrée del’église Notre-Dame, et continuez rue du Poids-du-Roy jusqu’à la petite place de la Petit-Etape-aux-Vins. De la place du Grenier-à-sel, un passage conduit jusqu’au bord de la rivière ; là, une promenade plantée de platanes est l’occasion d’une agréable balade et permet de voir les sept tours défensives encore debout (sur un total de 23 à l’origine) qui protégeaient la ville. Source: Guide vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Marché le mercredi matin.En savoir

En savoir

Auxerre

Auxerre, capitale de la Basse-Bourgogne, est située sur les pentes d’une colline descendant vers l’Yonne, au début du canal du Nivernais. Le site s’est aussi prêté à la construction d’un port de plaisance. Les beaux monuments de la ville, qui témoignent de son riche passé, sont mis en valeur l’été par un son et lumière près de la cathédrale; ses boulevards ombragés, ses rues pentues et animées ainsi que ses maisons anciennes contribuent à l’intérêt général que présente la ville. Les ponts, en particulier le pont Paul-Bert et la rive droite de l’Yonne, offrent de très belles vues de la ville, d’autant plus frappantes que les chevets des églises s’élèvent tout droit tout le long de la rivière. Marché les mardis, mercredis et vendredis matin.

En savoir

Autun

La cathédrale Saint-Lazare, les musées et ruines romaines témoignent de la grandeur passée de la ville. La cité gallo-romaine, construite sous l’empereur Auguste (Augustodunum) fut achevée à la fin du 1er siècle après J.C. pour remplacer la ville gauloise Bibracte au sommet du Mont-Beuvray. Pendant environ deux siècles, cette ville fut connue pour son université et son melting-pot gaulois et romain. Elle comptait 54 tours circulaires (aujourd’hui disparues), 4 portes monumentales (deux desquelles, laPorte d’Arroux et la Porte St André, existent encore), le plus grand théâtre de Gaule (le théâtre romain, lequel pouvait accueillir 20 000 spectateurs et a fait l’objet d’une restauration partielle), l’amphithéâtre, rasé au 18ème siècle, le Temple de Janus (un nom imaginaire donné aux ruines impressionnantes du sanctuaire romanisé, ainsi que divers monuments environnants comme une arène ou un théâtre, un amphithéâtre, des temples et thermes qui n’ont pas encore été mis au jour. A proximité se trouve la pyramide de Couhard, un monument funéraire de la ville antique ( 1er siècle après J.C.), s’élevant à une trentaine de mètres sur une base carrée. L’utilisation qui en était faite reste assez mystérieuse et pendant de nombreuses années, il a fait l’objet de croyances ésotériques. Lemusée Rolin conserve de nombreux souvenirs de Bibracte et Augustodunum, notamment des mosaïques, de la vaisselle et des objets de culte. Source: Wonderful Bourgundy et le Guide Vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Marché les mercredis et vendredis.

En savoir

Chablis

A l’abri dans la vallée du Serein, entre Auxerre et Tonnerre, Chablis est la capitale de la prestigieuse région viticole de la basse-Bourgogne. Gros village ou petite ville, de Chablis se dégage une atmosphère médiévale qui nous ramène à son âge d’or, le 16ème siècle. La foire annuelle du vin ainsi que les foires villageoises en l’honneur de Saint Vincent, patron des vignerons, en novembre et à la fin janvier, rappellent le passé commercial vivant de la ville. Source: Guide vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Marché le dimanche matin.

En savoir

Avallon

La jolie petite ville, située sur un éperon rocheux surplombant la vallée du Cousin, a conservé son vieux centre ville fortifié. Avallon est aussi le point de départ idéal pour des excursions dans les alentours et le Morvan. Place-forte puissante, c’était au Moyen-Age l’une des villes-clés de la Bourgogne: qui voulait conquérir le duché devait prendre Avallon. En 1432, Jacques d’Espailly, connu sous le nom de Forte-Epice, et sa bande d’aventuriers du Nivernais voisin, prirent plusieurs châteaux de basse Bourgogne. Protégés par leurs fortifications, les avallonnais ne se sentirent pas menacés. Appelé à la rescousse, le duc de Bourgogne s’empressa d’intervenir, fit une brèche dans les murs de la ville avec une bombarde et lança une attaque mais ses troupes durent battre en retraite. Furieux de cette perte de temps, il fit immédiatement appeler chevaliers et archers suite à quoi Forte-Epice disparut par l’une des poternes ouvrant sur la rivière, abandonnant ça et là derrière lui ses hommes. Source: Guide Vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Marché le samedi matin.En savoir

En savoir

Semur-en-Auxois

Cette cité médiévale aux maisons légèrement colorées serrées les unes contre les autres se tient au sommet d’une falaise de granite rose, surplombant un ravin profond au fond duquel coule l’Armançon. Au-dessus des maisons et jardins en cascade s’élèvent les grandes tours d’ardoise rouge du donjon du château (Semur est devenu le haut-lieu du duché au 14ème siècle, quand la citadelle fut renforcée par des remparts et 18 tours) ainsi que l’aiguille élancée de l’église Notre-Dame. L’église de Notre-Dame a été fondée au 11ème siècle, reconstruite aux 13ème et 14ème siècles, altérée aux 15ème et 16ème siècles, élargie par l’addition de chapelles à l’aile nord et restaurée par Viollet-le-Duc (1814-79). Source: Guide Vert Michelin de la Bourgogne et du Jura. Un petit marché a lieu chaque dimanche matin.

En savoir

5 excursions recommandées pour la journée